Édito

En 2020, le monde s’est rétréci subitement, aux pays, aux départements, à nos appartements. Le virus a mis à mal nos rêves d’Homo deus, capable d’être partout, de tout savoir et de tout maîtriser. Les états d’urgence succèdent aux états d’urgence démontrant que notre quotidien peut très vite basculer. Nous avons été contraints, et le serons encore, de nous adapter à des demandes contradictoires, d’accompagner au mieux les craintes multiples. Il a fallu faire face aussi à ceux qui, dans un temps de crise, ont préféré profiter du marasme pour briser plutôt que construire. Il nous faudra encore être vigilants aux velléités de repli sur soi. Nous avons également accepté une forme de ralentissement, pas moins de travail non, au contraire, mais un rythme différent. Pour beaucoup, nous avons expérimenté, et plutôt apprécié, un équilibre entre des échanges physiques nécessaires et la capacité d’agir à distance, de s’épargner du temps de déplacement. Nous avons pris le temps d’échanger sur la situation, de mieux nous comprendre, de se soutenir, de témoigner de l’empathie. Dans ce monde rétréci, les artistes et le regard poétique qu’ils portent sur le monde nous aident à voir l’ailleurs, à entendre des accents, à comprendre l’autre et ses différences. Ils nous aident, et notamment les plus jeunes, à accepter le risque et la contrainte, à mesurer la finitude des choses, à imaginer des contournements. Ils proposent de partager des points de vue divers, d’éviter le clivage abrupt et de se construire de façon singulière pour ne pas finir en « betteraves » uniformisées comme le redoutait Claude Lévi-Strauss. Cette saison encore, Côté Cour mettra toute son énergie à cultiver cette rencontre essentielle pour éviter la monoculture et son plat unique.

 

Cyril Devesa

 

Directeur

Télécharger
Bulletin de voeux
Pour inscrire votre classe/établissement au spectacle, merci de remplir le bulletin ci-joint et de le renvoyer à rpoussetberger@cotecour.fr.
bulletin-de-voeux-interactif.pdf
Document Adobe Acrobat 531.8 KB