Consignes de Stanislas Cotton

Retrouvez les consignes de Stanislas Cotton et les textes que nous avons reçus en retour.

Une chaise et un tabouret sont en train de discuter de façon tout à fait normale, quand soudain une table entre énervée sur le plateau un pied en moins.

 

Chaise : Bah dis donc Élisabeth… que s’est-il passé ?

 

Tabouret : T’as une salle mine.

 

Table : Oui… Les tasses et les bols se font encore la guerre…

 

La table parle d’un ton grave, inquiète. Ce n’est pas la première fois bien sûr, mais si violemment si. Elle ne veut pas que des nouvelles tasses, ses sujets, se fassent briser en mille morceaux par ces fichus bols.

 

Un bureau entre sur le plateau, il vient visiblement du même endroit. Il est abîmé, dégradé et fissuré.

 

Tabouret : Regarde Marine… Le président est dans le même état...

 

Chaise : J’ai remarqué mon cher Boris.

 

Bureau : Ha ces tasses !!! Je leur ferais passer l’envie d’attaquer mes merveilleux bols !!

 

La chaise et le tabouret reculèrent légèrement pour laisser passer le bureau qui se place devant la table.

 

 Bureau : C’est de votre faute tout ça, hein ? Vous avez attaqué mes bols !

 

Table : Mais…. Mais je n’ai rien !

 

Le tabouret et la chaise ne comprennent pas. Que se passe-t-il ? Comment ça va se finir ? Ces questions tournent dans leur tête.

 

Bureau : C’est comme ça ?! Alors j’appelle mes couteaux ils vont briser vos tasses fragiles !

 

La chaise et le tabouret blêmir. Une guerre ? Menacer un autre placard était interdit et pouvait donc déclarer une guerre.

 

Chaise : Je sais !! Construisons un mur !!

 

Le tabouret laisse un soupir lui échapper.

 

Tabouret : Vous allez pas vous y mettre ! Déjà que Donald le cagibi de la maison voisine veut en placer un entre nos deux maisons !

 

Une petite médaille arrive, elle est démunie de son joli ruban au couleur de la maison.

 

Table et bureau à l’unisson : Jeanne ?!

 

Table : Ma petite jeannette … que t’est-il arrivé ?

 

Médaille : Sûrement les mêmes choses que vous madame.

 

Chaise : Mais qu’est-ce que tu fais là ! Normalement les enfants comme toi n’ont pas le droit de traverser les pièces toute seule.

 

Médaille : J’ai une autorisation. Il faut empêcher une nouvelle guerre !!

 

Tabouret : Et que vas-tu faire ? Une enfant comme toi ne peut rien faire face à des adultes !

 

Médaille : Un enfant est capable de tout !

 

La médaille sort de la scène et revient quelques minutes plus tard, le bruit dehors a cessé, elle a récupéré son joli ruban.

 

Tabouret : Mais ?! C’est impossible ce n’est qu’une gamine !

 

Bureau : Dis-moi Jeanne ? Comment tu as fait ?

 

Médaille : Simple. Je leur ai promis ce que tout le monde veut !

 

Chaise : Et qu’est-ce ?

 

Médaille : Les libertés ! La liberté de se déplacer dans la maison, la liberté de s’exprimer et surtout etc.

 

Bureau : C’était si simple que ça ?

 

Médaille : Pas du tout ! Mais bon, un enfant est capable de tout ! Retenez-le !

 

La chaise, le tabouret, la table et le bureau se fixèrent. Une enfant venait de faire ce qu’eux, adultes, essayaient de faire depuis tant d’années, elle avait réussi à trouver un juste milieu dans ce monde égoïste et sans pitié.

 Emma