Édito

En 2020, le monde s’est rétréci subitement, aux pays, aux départements, à nos appartements. Le virus a mis à mal nos rêves d’Homo deus, capable d’être partout, de tout savoir et de tout maîtriser.Les états d’urgence succèdent aux états d’urgence démontrant que notre quotidien peut très vite basculer. Nous avons été contraints, et le serons encore, de nous adapter à des demandes contradictoires, d’accompagner au mieux les craintes multiples. Il a fallu faire face aussi à ceux qui, dans un temps de crise, ont préféré profiter du marasme pour briser plutôt que construire. Il nous faudra encore être vigilants aux velléités de repli sur soi.Nous avons également accepté une forme de ralentissement, pas moins de travail non, au contraire, mais un rythme différent. Pour beaucoup, nous avons expérimenté, et plutôt apprécié, un équilibre entre des échanges physiques nécessaires et la capacité d’agir à distance, de s’épargner du temps de déplacement. Nous avons pris le temps d’échanger sur la situation, de mieux nous comprendre, de se soutenir, de témoigner de l’empathie. Dans ce monde rétréci, les artistes et le regard poétique qu’ils portent sur le monde nous aident à voir l’ailleurs, à entendre des accents, à comprendre l’autre et ses différences. Ils nous aident, et notamment les plus jeunes, à accepter le risque et la contrainte, à mesurer la finitude des choses, à imaginer des contournements. Ils proposent de partager des points de vue divers, d’éviter le clivage abrupt et de se construire de façon singulière pour ne pas finir en « betteraves » uniformisées comme le redoutait Claude Lévi-Strauss.Cette saison encore, Côté Cour mettra toute son énergie à cultiver cette rencontre essentielle pour éviter la monoculture et son plat unique.

 

Cyril Devesa

 

Directeur


Convaincue que l’égalité d'accès aux œuvres du patrimoine et à la création est une nécessité dans une démocratie vivante et que cette égalité est loin d'être acquise, la Ligue de l'enseignement a créé Côté Cour il y a 30 ans.

 

Côté Cour a construit une démarche professionnelle de qualité pour l’accompagnement de l’enfant dans sa relation à l’œuvre théâtrale, chorégraphique et musicale. Ce réseau itinérant œuvre également à la diffusion en direction d’un public familial, dans le cadre de partenariats associatifs ou avec des structures culturelles reconnues, et reçoit l’aide de plusieurs services de l’Etat et de nombreuses Collectivités territoriales et locales.

 

 

Majoritairement en temps scolaire

Côté Cour programme environ 90% de séances scolaires pour que chaque enfant puisse accéder au spectacle vivant et à la création contemporaine sans exclusion d’ordre économique, géographique ou socioculturel, l’école restant le seul lieu d’égalité d’accès aux œuvres pour le plus grand nombre et de la manière la plus démocratique.

 

 

Dans un objectif d'aménagement culturel du territoire

Côté Cour s’inscrit dans une démarche d’éducation populaire, qui place l’acte artistique au cœur d’un projet de développement culturel. Principalement implantés en milieu rural, les points de diffusions favorisent la rencontre des publics les plus éloignés des équipements culturels avec une offre artistique de qualité.

La mutualisation des moyens financiers et humains permet à plus de 35 communes de toutes tailles d’accueillir des spectacles professionnels et reconnus pour des coûts extrêmement réduits. Les représentations ont ainsi lieu dans des salles équipées traditionnelles comme dans des salles « polyvalentes » aménagées spécialement avec l’aide des municipalités et des techniciens du réseau.

 

 

Au côté des acteurs de la ville culturelle régionale

Développé au moment où la programmation de  spectacles pour le jeune public restait très limitée, Côté Cour affirme aujourd’hui, par ce travail de maillage du territoire franc-comtois, sa complémentarité avec celui des lieux institutionnels, s'attachant à travailler en co-construction permanente avec les communes, les associations, les enseignants, et les structures culturelles de chaque territoire. Très lié aux politiques de développement local, Côté Cour s’attache à construire des passerelles entre lieux, structures, expressions artistiques et publics.

 

 

En accompagnant l'enfant dans son rôle de spectateur

Afin d’éviter toute tentative de « consommation » des œuvres, Côté Cour mène en complément du travail de diffusion et au côté des équipes éducatives, un ensemble d’actions d’éducation artistique visant à préparer l’enfant à sa position de spectateur et d’acteur de la vie culturelle présente et future (stages de formation d'enseignants, rencontres et échange avec les artistes, résidences, ateliers de pratique, « avant-spectacles » et « après-spectacles », élaboration de dossiers d’accompagnement des spectacles…)

 

 

En respectant une programmation professionnelle exigeante

En partenariat avec des professionnels de l’éducation et de la culture, l’équipe de Côté Cour mène une réflexion continue sur l’exigence artistique à respecter en matière de jeune public tout en entretenant des relations privilégiées avec des compagnies reconnues ; parfois, un suivi étroit de leurs créations, toujours, une présence importante lors de la diffusion.

 

 

Quelques chiffres d'une saison à Côté Cour

 

48 lieux réguliers de diffusion (au moins 3 spectacles par an)

18 spectacles programmés

169 représentations

18 126 spectateurs

190 établissements scolaires concernés

50 classes engagées dans des actions d'éducation artistique

7 tonnes de matériel arrachés au ventre des camions

75 000 km parcourus...

 

Carte du Réseau Côté Cour :